• Richard

Pourquoi MBSR (4 - et après)?

Dernière mise à jour : nov. 11




Chacun le sait, le plus délicat après une formation reste de l'intégrer à son quotidien pour en bénéficier pleinement.


Il n'est que trop facile de revenir aux anciennes habitudes, à l'ornière rassurante, à défaut d'être satisfaisante. Les sollicitations et contraintes multiples, qu'elles soient professionnelles ou familiales, sont rarement propices au changement.


Mais MBSR n'est pas une formation comme les autres. Certes, on y apprend ce qu'est réellement le stress et des moyens habiles pour le gérer, mais les vrais bénéfices sont ailleurs.


Il y a d'abord la longueur du cycle en lui-même. En huit semaines de pratique intensive, la méditation finit par s'immiscer en douceur dans le quotidien. On a coutume de considérer qu'il faut vingt et un jours pour faire d'une nouvelle pratique une habitude. Les participants sortent du programme MBSR avec non seulement huit séances formelles de deux heures trente et une journée d'approfondissement, mais aussi une pratique personnelle quotidienne pendant deux mois. L'accent est régulièrement mis sur les pratiques informelles, c'est à dire sur les possibilités de débrancher le "pilote automatique" le plus souvent possible au quotidien.


L'intention est essentiellement de porter les participants vers l'autonomie, de bâtir sur les fondations construites durant le cycle en huit semaines une vie plus pleine, car plus consciente, et mettant en sourdine notre féroce juge intérieur, source de pensées limitantes et de réactions automatiques souvent inappropriées.


Toutefois, il peut arriver que certains participants ressentent le besoin d'un soutien après le cycle. Le groupe d'apprentissage formé avec l'instructeur est irrigué par une énergie collective très soutenante. Pour peu que le rythme de la vie moderne et ses exigences reprennent ses droits, il arrive que cette énergie, faute d'être cultivée, s'épuise, et que la pratique en fasse les frais. Puis un jour arrivent les regrets ("mince, après tous les efforts que j'avais fait...") ou l'auto-jugement ("j'avais pourtant appris comment gérer ce genre de chose...") Et l'on ressort le manuel du participant, et l'on reprend les enregistrements de méditation guidées (car ils sont acquis à vie). Mais parfois cela ne suffit pas, le cœur n'y est plus.


Pas de panique! Le soutien à la pratique est là pour ça. Soit que vous ressentiez le besoin d'entretenir la flamme ou que vous désiriez la ranimer après une période délicate, ce soutien prend deux formes :

  1. des séances d'une heure, avec possibilité de tarifs groupés via une carte de dix séances permettant une économie de 20%

  2. des journées de soutien à la pratique. Concrètement, vous rejoignez la journée d'approfondissement d'un cycle MBSR en cours pour revisiter toutes les pratiques que vous connaissez dans l'ambiance ressourçante d'un groupe. A noter : j'attache une grande importance au suivi post-cycle. C'est pourquoi j'offre aux participants d'un cycle MBSR effectué à Humanware une journée de soutien à la pratique gratuite (valeur normale : 60€) dans l'année qui suit la fin du cycle.


Comme le chantait un tube anglais des années 60, après MBSR, you'll never walk alone ;-)






25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout