• Richard

Pratique informelle 1 - le carnet de bord

Dernière mise à jour : 16 mars

Comme prévu, j'entame la série sur les pratiques informelles, ou micropratiques, par une pratique-cadre bien utile : le carnet de bord.


Vous avez sans doute déjà vu dans les rayons des librairies des carnets ou cahiers vous invitant à telle ou telle pratique "Mon cahier de ceci" ou "Mon livre de bord de cela", j'en ai même vu un pour la méditation! Il ne s'agit pas ici de cela. Si bien sûr vous en trouvez un qui vous plait, libre à vous, mais de tels cahiers sont souvent formatés à l'avance par ses auteurs.


Ici, il s'agit de votre carnet de bord, dans lequel vous pourrez consigner au jour le jour ce qui vous arrive sur le chemin de la pleine conscience. Aucune injonction à la régularité, à la longueur, au volume. Il s'agit simplement de noter telle quelle une expérience qui vous a marqué, interrogé ou révélé quelque chose au fil de votre pratique, qu'elle soit formelle ou informelle. Ou bien un événement qui vous aura fait sourire, ou au contraire mis mal à l'aise. Bref, tout ce qui vous semble mériter d'être retenu. Ou encore une pensée, une idée, une révélation, un éclair ...





C'est pourquoi il est important que vous choisissiez un carnet ou cahier qui vous convienne et dans lequel vous aurez plaisir à écrire, et que vous organiserez (ou pas !) exactement comme vous le sentez.


L'idéal est qu'il soit transportable pour l'avoir sous la main au moment où l'expérience se produit, mais si ce n'est pas le cas, vous aurez toujours la possibilité de noter sur le premier bout de papier qui vous tombe sous la main, ou d'utiliser le dictaphone de votre smartphone.

Toutefois, je vous invite à reporter le plus vite possible cette note sur votre carnet de bord.

Et si vous utilisez une application de prise de notes informatique, je vous recommande tout de même de reporter en écriture manuscrite votre expérience dans votre fidèle carnet. Cela active en effet des circuits neuronaux qui aident au sens littéral à comprendre (du latin cum - prendere, prendre avec soi), c'est à dire à intégrer votre expérience et à mieux la mémoriser.


Vous n'avez pas besoin d'écrire tous les jours (raison pour laquelle je ne recommande pas de prendre un agenda ni un carnet déjà formaté), ni d'écrire de longs billets. En revanche, je vous invite à dater chaque entrée, et à écrire le plus spontanément possible. Ajoutez des dessins si vous le voulez, de la couleur, voire des objets (feuilles, herbes, tickets de caisse, papiers de bonbon, que sais-je !) Bref, tout ce qui vous permettra de noter votre expérience comme vous le sentez.


L'intérêt de ce carnet? Tout d'abord de noter ce qui vous semble mériter d'être retenu. La vie moderne nous sollicite tant qu'il n'est pas prudent de se reposer pour cela sur sa seule mémoire. Ensuite, mesurer le chemin parcouru (d'où la datation des entrées). Il nous arrive à toutes et à tous de passer par des moments difficiles où nous nous remettons en question. Le doute quant à nous, notre chemin de vie, nos capacités, notre valeur peut alors s'insinuer, avec son cortège de pensées lourdes. Notre carnet de bord est alors là pour nous rappeler ces graines de conscience qui ont germé sur le chemin, tous ces petits moments d'accomplissements ou de joie. Il nous aidera ainsi à dissiper le brouillard et retrouver la claire vision des choses, telles qu'elles sont.


Alors ... à vos carnets, si vous le sentez !







18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout