• Richard

Un Ballo in Maschera

Mis à jour : mai 24

Ça y est! le déconfinement a débuté, avec au nombre des habitudes à prendre, celle de porter un masque. Imposé dans les transports en commun, demandé dans la plupart des boutiques ou magasins, l'accessoire est enfin disponible.

J'ai ainsi pu trouver samedi dernier des masques chirurgicaux à la pharmacie. Hier, la ville a commencé la distribution de masques en tissus lavables (merci pour cela à la municipalité de Bagneux et à tous les bénévoles impliqués dans cette opération).


Il nous faut donc faire connaissance avec l'accessoire. Et ça ne va pas forcément sans désagréments. La première fois que j'ai mis un masque chirurgical, j'ai été surpris par la texture, assez rêche. Le pince-nez ne pince pas vraiment, d'où des doutes quant à l'efficacité de la chose. De plus, en marchant ou tout simplement en bougeant normalement, le masque remonte sournoisement jusqu'à gêner sous les paupières. Je tente de mettre des lunettes pour éviter le phénomène, mais du coup c'est la buée qui s'invite! Enfin, ça chauffe assez vite et entrave quelque peu la respiration.

Le masque en tissu s'avère plus confortable, mais est-il aussi efficace?


Bref, entre inconfort et doutes, me voilà pris dans un tourbillon de sensations physiques, émotions et pensées diverses.



Et comme on dit entre instructeurs MBSR (c'est carrément un mème), ne sommes-nous pas là au cœur de la pratique?


Quelle belle occasion en effet de rencontrer l'indésiré! Entre les réticences face à un objet qui nous rappelle que le virus est toujours là, une nouvelle habitude à prendre (et pour combien de temps?) avec un accessoire que nous n'avons pas voulu et tout ce que cela peut entraîner, nous avons une opportunité d'entrer en contact avec des ressentis divers et parfois intenses à chaque fois que nous mettons un masque.


Je vous propose alors la pratique suivante :




  1. Mettre et ajuster votre masque

  2. Vous pouvez si vous le désirez vous regarder dans un miroir. Oui, c'est bien vous. Pouvez-vous sentir émerger un jugement d'ordre esthétique ou autre? Pouvez-vous simplement entrer en contact avec ceci, puis le laisser aller?

  3. Quelles sont les sensations du masque sur votre visage? je vous invite à procéder à un scan corporel de la tête pour sentir par exemple les élastiques derrière les oreilles, le contact du tissu ou de la matière dont est fait le masque à divers endroits de votre visage, le pince-nez s'il y en a un. Pouvez-vous accueillir ces sensations, peut-être nouvelles, inhabituelles? Cela fait-il naître un jugement, des émotions, des pensées spécifiques? Si oui, inutile de les repousser puisque c'est déjà là. Ne pas hésiter à nommer ces sensations et émotions, et à laisser passer ces pensées sans trop accorder d'importance à leur contenu.

  4. Vous pouvez poursuivre en tournant à présent votre attention vers le souffle. Le masque en change probablement les sensations. Comment cela se traduit-il dans le corps, quelles émotions émergent et quelles pensées? Là encore, laissez librement arriver tout cela, sans jugement.

Lorsque vous sentez que vous avez assez exploré vos ressentis, vous pouvez sortir masqué. Et si en cours de route se produit un événement nouveau digne d'un nouveau petit coup de projecteur conscient (buée, masque qui gêne sous les yeux...), vous pouvez prendre un moment de pause pour contacter ceci jusqu'à l'avoir intégré.


J'espère vous avoir ainsi amené à réaliser que tout, absolument tout est une occasion de pratiquer la pleine conscience, en particulier lorsque nous sommes amenés à sortir de notre zone de confort.


Bonne pratique, bon déconfinement, et restez prudents!


Je vous laisse avec cet air du "Bal masqué" de Verdi pour accompagner vos explorations...







69 vues

Contact

©2019-2020 by Humanware MBSR. 

  • Noir Icône Instagram