• Richard

Pourquoi MBSR (3 - gravir la montagne)?

Dernière mise à jour : nov. 11


grimpe doucement ô toi petit escargot c'est le mont Fuji! (Issa)

Ce haïku d'Issa me paraît bien correspondre au sentiment des personnes intéressées par le cycle MBSR en 8 semaines lorsqu'elles découvrent l'engagement qu'il demande.


Qu'on en juge :

  • 30 heure d'enseignement réparties en une séance préliminaire, puis 8 séances de 2 heures 30 à 3 heures sur 8 semaines de suite...

  • ... ainsi qu'une journée de 7 heures en silence et ce un dimanche!

  • un engagement d'assiduité sans faille, chaque séance étant différente car le cycle suit un programme bien précis;

  • cerise sur le gâteau, une pratique personnelle de 45 minutes par jour entre les séances!

Je reconnais qu'il y a de quoi hésiter et se sentir dans la coquille du petit escargot au pied du Fuji Yama.


Plus sérieusement, cela demande une organisation certaine, que ce soit pour réserver dans son agenda huit semaines de suite et avertir son entourage que l'on prendra en outre presque une heure de son temps chaque jour pour se livrer à une pratique que certains tiennent pour exotique, voire bizarre.


Certains candidats, rongés de longue date par le stress ou référés par leur praticien de santé, franchissent néanmoins le pas sans trop hésiter.


Pour les autres, il peut s'agir du premier contact avec le méditation de pleine conscience.

On peut aussi avoir essayé de pratiquer auparavant avec une app sur smartphone ou le CD accompagnant certains livres, mais sans être assidu outre mesure.


Pas de panique!


Certes, le cycle MBSR demande d'arranger son agenda en conséquence. Certes il demande une assiduité sans faille aux séances et de la pratique à la maison. Toutefois je connais parfaitement les exigences professionnelles et familiales pour y être moi-même confronté, et mon enseignement est basé sur la bienveillance. Cela signifie qu'il n'y a pas d'injonctions à "apprendre ses leçons ou faire ses devoirs" comme à l'école, et encore moins de performances à atteindre. Il s'agit simplement de faire son possible avec sincérité en fonction des possibilités du moment.



Reste l'ampleur du programme, la hauteur et la pente de la montagne.


Toutefois :


"Celui qui déplace la montagne, c’est celui qui commence à enlever les petites pierres." (Confucius)

Et donc, toujours pas de panique. Tout comme il est concevable de ne pas vouloir débuter l'escalade par le mont Fuji sans avoir commencé par une colline, je propose des séances plus courtes pour goûter à la méditation et avoir un aperçu du programme.

  1. Les séances d'une heure peuvent tenir d'initiation en douceur à la pratique, et on peut en effectuer autant que l'on veut avant de se décider à suivre le cycle, à moins que l'on ne souhaite tout simplement le support d'un instructeur pour pratiquer régulièrement et acquérir ou renforcer une discipline personnelle dans sa pratique. Dans ce cas, les carnets de 10 séances d'une heure sont économiques.

  2. Spécialement élaborés pour les personnes hésitant à s'engager, les ateliers découvertes de deux heures permettent d'aborder les différentes pratiques du cycle en huit semaines avec juste ce qu'il faut de théorie sur le stress.

L'atelier découverte est le point d'entrée rêvé si vous envisagez le cycle MBSR. Non seulement vous repartez avec un livret d'une dizaine de pages sur la pratique et les fondamentaux du stress, mais le montant de l'atelier vous sera déduit du prix du cycle si vous décidez de vous y inscrire dans un délai d'un an (date à date) après la session.


Une façon de vous mettre en main les outils de la pleine conscience en douceur et sans risque avant de chausser les chaussures de randonnée pour gravir la montagne.


Comme le disait le père fondateur du Taoïsme :


"Un voyage de mille lieues commence par un seul pas". (Lao Zi)

Et si c'était le moment pour vous?



23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout